Retour d'Haïti, Noël 2011
     
Retour d'Haïti, Noël 2011
« NOËL 2011 RETOUR D’HAÏTI »

« Aussi justifiées que soient les critiques, prétendre qu’il n’y a pas eu de progrès relève de l’exagération, et dresser un tableau faussement négatif risquerait de détourner l’intérêt, l’attention et l’appui à ce pays en relèvement à un tournant critique de son histoire » déclarait le 30 novembre 2011, le représentant spécial adjoint des Nations Unies, Nigel Fisher.

Fouler la terre meurtrie d’Haïti était encore le meilleur moyen de rendre compte de la situation, car l’âme d’un photographe ne se contente pas de pressentir, il doit aussi voir et parcourir…

Le sentiment d’impuissance ne me quitte pas…

Et, j’ose entrevoir une note d’optimisme dans l’interview que nous donne inopinément, le président du Sénat d’Haïti, Jean-Rodolphe Joazile, reprenant à son compte le discours de Victor Hugo en 1849 devant l’Assemblée nationale :
« Je ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je ne suis pas de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère (…) je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social. Oui cela est possible! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse; car en pareille matière, tant que le possible n’est pas le fait, le devoir n’est pas rempli. »
Top